07.04.2019, 14:59

Révélations de l’Université de Neuchâtel sur les sols bio

chargement
Révélations de l’Université de Neuchâtel sur les sols bio

Une étude menée par l’Université de Neuchâtel révèle que l’agriculture bio est loin d’être épargnée par les néonicotinoïdes.

 Presque toutes les surfaces agricoles du Plateau suisse contiennent au moins un néonicotinoïde. Ces insecticides sont omniprésents dans les sols des fermes conventionnelles, mais également, en concentration inférieure, dans ceux de 93% des fermes biologiques.

Ces résultats, jugés alarmants, figurent dans une étude réalisée à l’Université de Neuchâtel, dont la «NZZ am Sonntag» se fait l’écho en ce dimanche. Deux chercheurs ont analysé 702 échantillons de sols et de plantes prélevés en 2015 dans 100 champs de grandes cultures, 62 exploitations agricoles et 69 surfaces de promotion de la biodiversité.

Au moins un néonicotinoïde

Le résultat de leur analyse ont été publiées dans le «Journal of Applied Ecology». Au moins un des cinq néonicotinoïdes recherchés est détecté dans tous les échantillons de sols et de plantes récoltés dans des fermes conventionnelles, ainsi que dans qui respectent les principes de l’agriculture intégrée.

Cette proportion recule à 93% dans les sols et plantes cultivées dans des fermes biologiques. En outre, 81% des sols et 93% de la végétation des surfaces de promotion de la biodiversité contenaient au moins un néonicotinoïde en concentration mesurable.

Victimes d’une contamination

Les chercheurs jugent ce résultat alarmant, car les surfaces de promotion de la biodiversité ont été conçues pour servir de refuge aux populations de pollinisateurs. Selon eux, les concentrations mesurées suffisent à potentiellement menacer une fraction des espèces pollinisatrices.

L’étude relève cependant que les concentrations mesurées dans les champs et les cultures biologiques sont «très inférieures» à celles relevées sur les surfaces conventionnelles. «Les producteurs bio sont victimes d’une contamination (par l’eau, le vent ou autre) due aux propriétés chimiques des néonicotinoïdes et à leur usage excessif», constate Ségolène Humann-Guilleminot, co-auteure de l’étude.

Effets sur les pollinisateurs 

Un moratoire sur l’usage des néonicotinoïdes a été prononcé en 2013 en Suisse et en Europe. La persistance de ces molécules dans les sols laisse envisager qu’elles seront encore présentes pour encore quelques années.

Parallèlement, de nouvelles molécules, tel que le sulfoxaflore, font leur entrée sur le marché en Europe. «Leur mode d’action est très proche de celui des néonicotinoïdes, et dont les effets sur les espèces non-cibles, tels que les pollinisateurs et les auxiliaires de culture, sont mis au jour par de récentes études scientifiques», avertit le professeur Fabrice Helfenstein, qui a dirigé l’étude.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Top