12.10.2017, 00:01  

Abribus vandalisé pour la deuxième fois en 13 mois

Abonnés
chargement
Les débris de verre jonchaient encore le sol en fin de journée.

 12.10.2017, 00:01   Abribus vandalisé pour la deuxième fois en 13 mois

Le désœuvrement lié aux vacances a-t-il frappé à Neuchâtel comme à Boudry (lire ci-contre)? Le fait est que l’abribus de l’arrêt du temple des Valangines a été la cible d’actes de vandalisme, une nouvelle fois.

La scène ressemble furieusement à celle constatée en septembre 2016, à ceci près que le...

Le désœuvrement lié aux vacances a-t-il frappé à Neuchâtel comme à Boudry (lire ci-contre)? Le fait est que l’abribus de l’arrêt du temple des Valangines a été la cible d’actes de vandalisme, une nouvelle fois.

La scène ressemble furieusement à celle constatée en septembre 2016, à ceci près que le feu n’a pas été bouté à la poubelle. Cette fois-ci en tout cas, les dégâts ont été causés en deux temps, selon un témoin. Une première vitre, de petite taille et horizontale, a été cassée en début de semaine. Une seconde, grande et verticale, a subi le même sort entre mardi soir et hier matin.

Retard de nettoyage

Notre témoin s’étonne que les débris n’aient pas été nettoyés rapidement, car «le vandalisme appelle le vandalisme». Il a d’ailleurs observé que des enfants qui se retrouvent à la place de jeux voisine s’amusaient à casser des morceaux de verre restés accrochés à la structure de l’abribus. Une scène à laquelle nous avons pu assister lors de notre passage sur les lieux.

Notre interlocuteur déplore par ailleurs la présence durable de débris de verre, alors que «des personnes âgées et des gens qui promènent leurs chiens passent par là». Hier en fin d’après-midi, les débris jonchaient toujours le sol.

Visé l’année dernière, l’abribus aurait aussi subi des dommages en début d’année, selon notre témoin. Ce dernier n’a pas pour autant constaté la présence de la Sécurité urbaine ou de la police dans les environs.

L’abribus étant propriété de la Ville, c’est à elle qu’il appartient, le cas échéant, de porter plainte et de prendre en charge les dégâts. L’an dernier, ils étaient estimés entre 1000 et 2000 francs. Si la voirie n’est pas intervenue, pour un nettoyage, c’est qu’elle n’a pas été informée, nous précise-t-on. fme


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top