13.10.2017, 14:33

Etudiants, sortez de vos bouquins!

Abonnés
chargement
En dehors de leur cursus universitaire, que peuvent faire les jeunes qui souhaitent s'engager dans une association d'étudiants?

 13.10.2017, 14:33 Etudiants, sortez de vos bouquins!

Engagement L'Université, ce n'est pas que les études! A Neuchâtel, une trentaine d'associations d'étudiants gravitent autour de l'institution. Elles permettent aux jeunes de s'évader de leur cursus académique et de s'adonner à des activités aussi bien artistiques qu'humanitaires.

L’Université de Neuchâtel, ce n’est pas seulement une alignée de jeunes intellectuels plongés dans leurs bouquins à longueur de journée. Ni une ribambelle de fêtards qui jouent aux cartes et boivent des bières entre deux séminaires.

Non. L’Université, ce sont aussi des jeunes qui s’engagent pour une cause qui leur tiend à cœur. Une trentaine d’associations et de...

L’Université de Neuchâtel, ce n’est pas seulement une alignée de jeunes intellectuels plongés dans leurs bouquins à longueur de journée. Ni une ribambelle de fêtards qui jouent aux cartes et boivent des bières entre deux séminaires.

Non. L’Université, ce sont aussi des jeunes qui s’engagent pour une cause qui leur tiend à cœur. Une trentaine d’associations et de sociétés d’étudiants gravitent autour de l’institution.

Elles permettent aux jeunes de s’évader de leur cursus académique et de se frotter à des activités aussi bien artistiques qu’humanitaires: réparer des vélos, rendre visite à des prisonniers, collecter des légumes pour les redistribuer, participer à la production d’un court-métrage, et bien d’autres. En ce début d’année universitaire, ces associations recrutent. Que peuvent faire les jeunes qui débarquent à l’Uni? Tour d’horizon. 

Ecologie: Des étudiants disent stop au gaspillage alimentaire

Distribution de nourriture invendue devant la Faculté des Lettres. Photo Lucas Vuitel 

«Désolée, il n’y a pas beaucoup de pain aujourd’hui. L’étudiant qui devait faire la tournée des boulangeries est à l’armée.»

L’imprévu n’entâche pas la bonne humeur ambiante. Postée devant la faculté des Lettres de l’Université de Neuchâtel, Maëlle Robert-Tissot décharge des cageots remplis de salades, de courgettes, de haricots, de tomates, de champignons et d’aubergines.

Quelques yogourts figurent également dans le lot. «Ces produits sont des invendus du marché et de quelques magasins bio de la ville», explique l’étudiante en ethnologie et psychologie.

Ces denrées ne termineront pas à la poubelle. Deux fois par semaine, les mardis et jeudis entre 13h et 14h, une association d’étudiants récupère de la nourriture parfaitement consommable, mais destinée à être jetée, afin de la redistribuer gratuitement aux universitaires.

Nom de code du groupement écologique: Alternative étudiante durable. Objectif: lutter contre le gaspillage alimentaire. 

«Il faut arrêter les grandes théories»

«J’ai commencé mes études à Neuchâtel il y a trois semaines et c’est la première fois que je viens chercher de la nourriture ici», témoigne Nora, de Berne, en remplissant son panier de salades et de courgettes. «Je reviendrai certainement. Les étudiants n’ont pas beaucoup d’argent, c’est vraiment utile pour nous d’avoir accès à ces invendus.»

En ce début d’année universitaire, l’association a besoin de nouvelles forces vives pour poursuivre son action. De jeunes étudiants s’intéressent à rejoindre le mouvement.

«A l’Uni, on fait toujours de grandes théories sur les changements que l’on veut voir sur Terre. Il faut arrêter les théories et opérer le changement», estime Charlotte Garcia, qui a fait le choix de s’engager pour cette association. «C’est une belle action en faveur du développement durable, et c’est également une expérience associative intéressante.»

L'association recrute de nouvelles forces vives. Photo Lucas Vuitel

L’Alternative étudiante durable est née il y a quatre ans, avec un objectif: sensibiliser la population contre le gaspillage alimentaire. «L’idée était également de proposer une réflexion plus large sur la nourriture que l’on consomme», explique Paolo Maggini, président du groupement alternatif.

«Nous avons même gagné un prix de 25 000 francs de la Conférence universitaire suisse lorsque nous avons créé l’association. Cela nous a permis de réaliser plusieurs projets et de nous ouvrir davantage à la population, et pas seulement aux étudiants.»

Sensibiliser les enfants au gaspillage

L’association, qui compte une quarantaine de bénévoles, confectionne des soupes populaires en ville de Neuchâtel, à partir de denrées invendues. Elle propose aussi des conférences sur le développement durable, et tente de sensibiliser les enfants à la problématique du gaspillage alimentaire: «Nous organisons des ateliers banane dans les écoles primaires de la région», raconte Paolo Maggini.

«Ça fait du bien de sortir du cadre strictement universitaire», témoigne pour sa part Maëlle Robert-Tissot.

Le président de l’association rêve de créer de l’emploi grâce à l’Alternative étudiante durable: «Nous avons un projet de «food truck», une camionnette qui vendrait de la nourriture confectionnée à base de denrées invendues. On espère que ce rêve se concrétisera!» 

Et bien d'autres activités encore

Entraide: bol d'air en prison   

Envie d’apporter un peu d’air frais à des prisonniers? Des étudiants rendent régulièrement visite à des détenus dans les établissements pénitentiaires de Gorgier, de La Chaux-de-Fonds et de Lausanne.

Ces jeunes sont regroupés au sein de l’association Gesepi, le Groupement étudiant suisse d’enseignement aux personnes incarcérées. Objectif: permettre à des prisonniers d’établir un lien avec le monde extérieur, par le partage de savoirs. Derrière les barreaux, les bénévoles organisent des activités à thématique scolaire, culturelle, sportive ou artistique.

D’autres étudiants ont choisi de s’engager dans l’aide aux migrants. Une quarantaine de bénévoles enseignent le français à des étrangers, dans le cadre du programme «Français pour tous».

Théâtre & vidéo: on tourne!

Silence, des étudiants tournent! Pierrot Productions est une toute nouvelle association qui propose aux universitaires de découvrir les métiers du cinéma, en amateur. Objectif des jeunes vidéastes: réaliser chaque année un court-métrage destiné à être diffusé au public. Le premier film, Sucre d’Ogre, a été projeté début octobre à l’aula des Jeunes-Rives, et a remporté un grand succès. 

Les artistes en herbe peuvent également opter pour le théâtre, en intégrant les rangs du Groupe de théâtre antique de l’Uni, ou de Thune, le Théâtre universitaire de Neuchâtel.

Musique & chant: ça gazouille

Besoin de gratter une guitare ou de frapper sur une batterie? L’Association des Zycos de Neuchâtel propose aux étudiants de rencontrer d’autres musiciens, notamment par le biais de jam sessions organisées sur le campus de l’Université. L’association met également à disposition du matériel pour les répétitions de ses membres. 

Et les chanteurs? Ils peuvent intégrer le Chœur de l’Université, ouvert à tous, du débutant au plus chevronné, ou opter pour l’ensemble Pange Lingua, le chœur de chambre de l’Uni.

Travail & business: au boulot

C’est une véritable petite entreprise qui est née sur le campus, à l’initiative d’étudiants: les membres de l’atelier vélo, ou Bletz,  réparent les bicyclettes de la communauté universitaire. L’atelier est ouvert les mardi et jeudi de 12h à 15h, dans un container devant la Faculté des Lettres. 

Autre domaine, autre business: Jeune consulting, une «Junior entreprise» qui permet aux étudiants de faire leurs premiers pas dans le monde du travail. A but non lucratif, l’association fournit des prestations à petit prix aux PME et aux particuliers, notamment des études de marché, la création de sites internet, des plans de communication ou des conseils juridiques. 

Sociétés d’étudiants: très festives

Quelque peu secrètes, les sociétés d’étudiants sont bien présentes sur le campus: Belles-Lettres, Hétaïra et Zofingue, autant de groupes où les membres dissertent sur les affaires de la société autour de bons repas et de nombreux verres. 

Plus sérieuses, une dizaine d’associations d’étudiants regroupent les universitaires autour d’activités liées à leur cursus: droit, sciences, sciences économiques, archéologie, communication ou encore philosophie.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top